Comme dans nombreux coins du globe, la question de l’environnement suscite le vif intérêt de la population, aussi bien que des dirigeants. Du moins, Bienvenu Liyota, lui, fait partie de ceux qui priorisent la lutte contre l’exploitation illégale de bois. Et contre le changement climatique dans la foulée, car qui dit déforestation dit danger climatique. Le ministre de souligner qu’il en va de l’avenir d’une grande richesse de la république du Congo.

L’exploitation illégale de bois au Congo, un vieux fléau

Elle dure depuis des années. Néanmoins, pour l’ONG Greenpeace, il est temps de la stopper. Une idée que rejoint le ministre de l’Environnement et du Développement durable congolais, Bienvenu Liyota. Elle, c’est l’exploitation illicite de bois dans la République démocratique du Congo. Et que ce dirigeant, comme il l’a affirmé, « s’assigne », en tant que lutte prioritaire. Un statut que partage le changement climatique étroitement lié à ce fléau. L’échange de vœux avec son équipe a ainsi été une belle occasion pour le ministre de rappeler l’avenir qu’encourt cette richesse congolaise, qu’est le bois.

L’exploitation illégale de bois au Congo, source de chaos

Un chaos organisé, voilà par ailleurs la conséquence principale de l’exploitation illégale de bois dans la RDC, selon Greenpeace. Et que le gouvernement est invité à calmer en prenant les mesures adéquates pour mettre fin à cette activité prohibée. Un mauvais scénario qu’il est temps d’arrêter de tourner toujours selon l’organisme, qui ajoute que ce dernier gaspille notamment l’argent du trésor public.

Du bois illicite congolais saisi en Allemagne

Pour sa part, l’Allemagne a déjà eu affaire à une saisie de bois illicite congolais sur son territoire. Une saisie de wenge précisément, bois luxueux particulièrement prisé dans la décoration. Les cargaisons illégales ont été signalées par Greenpeace elle-même. Cet événement n’avait alors fait que confirmer l’importance du nouveau règlement européen sur le bois mis en œuvre quelque temps auparavant, et sur l’ampleur de cette activité qui reste avant tout une pratique commerciale corrompue et destructrice, que les dirigeants ne peuvent plus ignorer. Car, cela reviendrait à ignorer la vie de millions d’humains.