Les richesses et potentiels de la Bourgogne sont étalés dans les colonnes de l’Hebdomadaire Courrier international. Ce sont dans les parutions du 16 au 22 Octobre que l’apologie de la région métropolitaine a été étalée. Avec à la clé, plusieurs domaines d’investissements comme le vin et les fortunes étrangères, les journaux n’ont pas taris l’éloge de la région laborieuse dans les travées de la marche vers le développement. 8 pages de journal pour en savoir plus sur La Nièvre avec un accent particulier sur la ville de Cervon.

Cervon, la ville mise sur les orbites

Dans le développement élaboré par les journaux, il est revenu de faire l’éloge de la ville de Cervon. Le principal aspect mis sur la table est celui de la longévité des habitants de la ville. Les vertus de la ville pouvant entretenir les personnes qui y vivent sont exaltés dans le « Daily Telegraph » par une habitante de Cervon ; Rosy Rabson. Elle détaille dans son article, le paysage arboré, la beauté de la nature, les cadres verdoyants, l’air pur, l’excellence du vin. Des facteurs contribuant à rallonger l’espérance de vie des populations. Elle évente également les traditions et cultures de la commune de Cervon avec tout d’abord, le dialecte morvandiau, les rythmes cultuels, le talent artistique, l’instance ludique embelli par le jeu aux cartes et au scrabble. La qualité des infrastructures comme les hôpitaux, les écoles, etc…est également mise en valeur. Des éloges de Cervon appuyées dans son article par des photographies illustrant l’île aux personnes qui vivent longtemps.

Bibracte, relique du passé historique de Bourgogne

La Nièvre est passée en revue dans son aspect laissé à la fortune étrangère. En effet, dans le journal Berliner Morgenpost, Sascha Kleis dans son article en date du 24 Octobre 2012 met un point d’honneur sur le village d’Alise-Sainte-Reine, près de la ville de Dijon. Une destination ayant rapport à la de Nièvre par les fouilles archéologiques sur Bibracte. Une relique de l’histoire de la région Bourguignonne. Même si les traditions autour du Sapin, du vignoble Nivernais ou du tourisme sur les canaux n’ont pas été animées dans ces virées médiatiques, il reste de nourrir l’espoir de visiter la région.