De jours en jours, la gestion de l’environnement est devenue une gageure à tous les niveaux. Les crématoriums ne dérogent pas aux questions d’actualités écologiques. C’est justement pour cette raison qu’un plan de réduction de la pollution a été engagé par l’ensemble des crématoriums pour obtenir les meilleurs résultats d’ici 2018.

Selon de récentes études, l’âme contient plusieurs substances chimiques à l’instar de monoxyde de carbone, l’acide chlorhydrique participant à polluer l’environnement. L’adoption massive de la crémation par les français depuis quelques années a eu donc des impacts sur la couche d’ozone. Face à cette situation, les crématoriums devraient à l’horizon 2018 installés des systèmes de filtrations afin de réduire leur impact sur l’environnement. Dans cette dynamique, une expérience a été mise en place dans le crématorium de Champigny-sur-Marne. Sachant que plus de la moitié des crématoriums français ne sont pas règle vis-à-vis du décret de 2010, portant réduction des impacts écologiques, des mesures ont été préconisées pour se conformer aux nouvelles dispositions. Il ne s’agirait donc pas d’une simple réfection des installations mais de l’installation de nouveaux conduits aérés. Ces derniers seront capables de réduire la pollution de l’environnement. Un modèle a donc été érigé pour améliorer la qualité de l’air et monter le chemin à suivre par les autres crématoriums sur l’ensemble du territoire français. De façon spécifique, ces mesures ont pour objectif, de produire moins de polluants (norme 2018) grâce au système de filtration et d’instaurer la reconquête de la chaleur produites lors de la crémation. Le crématorium expérimentale de Champigny-sur-Marne effectue donc une épargne de près de 25% sur sa consommation de gaz naturel.

Même si beaucoup de citoyens hésite encore à adopter des méthodes spécifiques pour inhumer leur proches, la question de la crémation suscite toujours de grandes interrogations. L’influence des crématoriums sur l’écologie est encore en études. Dans certains pays d’Europe, ils constituent une source d’énergie servant à chauffer certaines espaces. Quant à la France, elle est encore soucieuse de l’influence des différentes méthodes sur l’environnement. La crémation est donc portée en avant par les différentes autorités françaises. Elles rassurent également les citoyens que la mise à conformité des crématoriums n’aurait pas une incidence majeures les indices économiques usuelles des familles. La réalisation des différents projets d’installations de nouveaux systèmes de filtres aura simplement une infirme part sur les couts d’enterrement, soit 2 %.