La réforme, dont le fondement est déjà officiel, continue à être critiquée, mais qu’en est-il de l’EDD ?

L’année climatique est également valable dans l’enseignement. Les deux ministres, celui de l’Éducation nationale et celui de l’Écologie, se sont jointes pour favoriser une discussion sur le changement du climat avec la COP21 et l’avenir de l’EDD après l’application de la réforme dans les collèges.

Pour quel motif éduquer le développement durable ?

En 30 ans, le concept du développement durable, qui ne signifie ni baisse ni stagnation, a évolué, se résumant à la transmission d’un point de vue politique aux collégiens, selon Christian Orange et Denise Orange-Chavarol.

Le couple regrette la position de l’enseignement qui a tendance à imposer aux élèves ce qui est bien de faire au lieu de les laisser réfléchir par eux-mêmes.

L’EDD doit inciter l’éthique citoyenne et le sens de l’engagement aux élèves au moyen de l’application thématique des matières d’après Bulabois, chargé du programme en accord avec le ministère et la réforme.

Quelle est la méthode entreprise pour transmettre l’EDD en secondaire ?

Dans le rapport Brundtland, il y a plusieurs matières, essentielles comme régulières, auxquelles peut s’insérer l’EDD, y compris le sport qui, selon le ministère, est pratiqué dans la nature.

Le professeur d’histoire/géographie Hervé Brügger adopte le thème en 5e en inculquant, d’après les recommandations, son principe et ses unités d’applications, notamment social et territorial sans oublier d’encourager la prise de décision personnelle. C’est un bon programme si cela ne remet pas en cause la volonté des professeurs ni ne bannit les pratiques communes, affirme-t-il.

L’attribution du label E3D est une solution partielle en valorisant l’éducation transversale et la direction durable de l’institution, à l’instar du collège Victor Schœlcher qui a tout mis en œuvre pour mériter ce label pour 5 ans.

La polémique sur la réforme concerne surtout le danger qu’elle apporte sur les classes bilingues et la langue latine, alors qu’il y a l’insertion des EPI qui mérite d’être évoquée. En classe de 3e, 4e et 5e, il faut créer un horaire spécial regroupant quelques professeurs et choisir des thèmes variés. Apparemment, c’est la solution idéale contre l’incohérence interdisciplinaire de l’EDD. Une façon d’aborder cette nouvelle méthode est même proposée par le Ministère de l’Éducation Nationale.