Protection de l’environnement : la feuille de route du gouvernement

Le gouvernement vient de dévoiler ses nouvelles mesures pour la protection de l’environnement, ou plus spécialement pour la transformation de la France en nation de l’excellence environnementale. Il s’agit de mesures qui impliquent plusieurs secteurs, parmi lesquels on retrouve le transport, le chauffage ainsi que la santé. Zoom sur la feuille de route de 2015, mettant en avant 74 mesures, ciblant 22 objectifs (en sachant que ce document est issu de la conférence environnementale, organisée fin novembre 2014 à Paris).

Nation de l’excellence environnementale : les 4 objectifs principaux de la France

La lutte contre le changement climatique. La grande cause nationale de l’Hexagone pour 2015. Et la feuille de route du gouvernement pour l’environnement se trouve ainsi axée principalement sur cet objectif premier. La France étant spécialement future hôte de la 21ème édition de la conférence des parties à la convention –cadre des Nations unies sur les changements climatiques ou COP 21, un événement prévu pour la fin de l’année, le gouvernement est donc encouragé à « faire preuve de l’exemplarité environnementale ». 4 objectifs définis sont priorisés en ce sens par ce dernier, lequel toutefois ne semble pas disposer de mesures concrètes pour les atteindre. Ces buts sont précisément l’accélération de la transition vers une économie verte ; la consolidation de la stratégie d’adaptation nationale ; l’affermissement de l’action internationale du pays et l’appui à la conscientisation des habitants sur l’importance de la COP 21.

Mesures plus concrètes de la feuille de route du gouvernement pour l’environnement

Autres points prioritaires sur lesquels la feuille de route du gouvernement pour l’environnement est centré : la suppression de l’assurance-crédit à l’export des centrales à charbon sans stockage de CO² ; résoudre le problème des conséquences de l’érosion sur le littoral grâce à une stratégie nationale du trait de côte ; puis la sensibilisation à l’usage des transports et mobilités durables et la démocratie participative. Cette dernière mesure vise à encourager les mobilités actives, particulièrement via l’utilisation du vélo par les salariés.