Ce sera le 7e jour successif de pollution aux microparticules en Île-de-France.

D’après Airparif, il est probable que l’épisode de pollution causée par les particules fines se poursuive jusqu’à lundi en Île-de-France. L’organisme précise que pour ce 7e jour de pollution, c’est fort possible de dépasser le seuil de 50 microgrammes/m3.

Anne Hidalgo (maire de la ville de Paris) avec les ‘élus verts’ a sollicité la circulation alternée sur la capitale française ainsi que sa banlieue. Une demande que le gouvernement a consentie samedi.

D’après Airparif, la circulation alternée ainsi que les autres dispositions à adopter serviront à réduire la pollution. Elle ajoute que pour mardi, il est impossible de prévoir la qualité de l’air. De plus, il est difficile de savoir si la situation va revenir à la normale grâce aux conditions météo.

Samedi dernier, le seuil d’information concernant la quantité de particules fines était au-dessus de 65 microgrammes/m3. Dimanche, cette concentration a baissé, mais elle a ensuite augmenté pour stagner au-dessus du seuil d’information. Ce lundi, cette concentration pourrait bien se situer autour de 45 à 60.

Il faut savoir que ce sont les particules PM10 qui provoquent les cancers, les allergies, les problèmes cardio-vasculaires… Généralement, la circulation alternée sera adoptée quand la pollution aux particules perdure 2 jou desuccessifs et qu’elle risque de se poursuivre 2 jours plus tard.

Cette série de pollution a commencé depuis mardi. Il est monté au seuil d’alerte mercredi. Jeudi, il a faiblement diminué du seuil d’information. Puis, il est de nouveau passé au seuil d’alerte vendredi. Pour samedi, il est revenu au seuil d’information.

L’année dernière, la même situation s’est produite sur Paris et ses environs. Cela a conduit le gouvernement à appliquer la circulation alternée (17 mars 2014). Pour pouvoir l’appliquer cette année, il faut notamment que des experts statuent sur la situation actuelle et que le préfet donne son aval.

À noter que la circulation alternée consiste à interdire l’utilisation des voitures portant une plaque d’immatriculation impaire durant les jours pairs et inversement.