Il s’agit d’un type de ver, plat appelé Plathelminthe de Nouvelle-Guinée. Il est repéré dans plusieurs régions sur la côte Pacifique et même en France. Des recherches viennent de révéler son signalement notamment dans certaines villes côtières comme en Floride ou encore à Porto-Rico.

Issu de la Nouvelle-Guinée, ce ver plat est l’unique espèce de platode inscrite parmi les 100 espèces tropicales envahissantes les plus nuisibles dans le monde. Il commence à s’étendre dans plusieurs pays, comme le démontre l’équipe de Jean-Lou Justine composée de chercheurs internationaux de l’Institut ISEB, une branche du Muséum national de l’histoire naturelle parisienne.

Le Muséum ajoute que le ver plat a été identifié dans plusieurs autres emplacements de la Polynésie française, du Pacifique, du Singapour, des îles Salomon, du Wallis et Futuna ainsi que dans plusieurs parcs en Floride.

C’est un ver relativement grand et très plat, entre 4 à 6 cm de long pour 4 à 7 mm de large. Il a un dos noir orné d’une bande beige et un ventre clair qui contient, au milieu, sa bouche.

Le Plathelminthe s’alimente particulièrement des escargots de terre. Ceux-ci sont, par conséquent menacés de disparition dans les territoires touchés, selon toujours le Muséum.

Sa vitesse de multiplication est un vrai danger pour la biodiversité. Outre les escargots, il va également avaler type d’espèce molle trouvée sur le sol à l’instar des vers de terre, rendant ainsi le sol bien moins fertile, affirme le rapport de travail des chercheurs exposé ce mardi.

Cette situation est très alarmante selon l’équipe de recherches surtout depuis son apparition en Floride. Auparavant, les régions touchées sont généralement les îles, et les risques de propagation étaient restreints. Mais dès lors qu’il touche la Floride ou l’Amérique continentale, cette notion de limitation n’est plus valable. Par ailleurs, ce ver peut se trouver sur une partie d’une plante ou d’un sol, ce qui simplifie son transport.

Bref, pour les chercheurs, le danger que représente le Plathelminthe doit être pris très au sérieux sur le tout le territoire américain : de l’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud.

Ayant été constaté au sein de plusieurs régions du Pacifique, il avait été remarqué en Europe notamment en France en 2014.