Contre la pollution dans les villes d’Europe, il faudrait bien plus que quelques jours de circulation alternée.

Selon la charte signée par 30 maires des agglomérations européennes, les solutions au problème climatique actuel sont d’abord locales. Dans cet esprit, la circulation alternée pour affaiblir la pollution doit être complétée.

L’Europe du Nord, véritable victime de la pollution

Même si c’est surtout la pollution automobile qui touche Paris actuellement, ce n’est pas uniquement la cause qu’il faut prendre en considération. Selon Airparif, elle ne représenterait que 25% des émissions de GES et des rejets de particules, 50% des émissions d’oxyde d’azote et un peu plus de 15% des rejets d’hydrocarbures.

La pollution en général n’est pas générée des rejets sur place. Effectivement, elle vient d’un nuage de pollution qui se déplace avec le vent et la rotation du globe. Elle touche généralement toute l’Europe du Nord.

Utiliser une voiture électrique pour commencer

Vu que la circulation alternée ne suffit pas, il est donc envisageable de se tourner vers les voitures électriques. En France, 15 000 véhicules électriques ont été immatriculés l’année dernière.

Cela étant, ce genre de véhicule n’est pas apprécié par certains en raison de leur autonomie limitée. D’après les automobilistes, la voiture électrique représente une bonne solution, du moment où le trajet est court. Mais, elle ne suffit pas pour les longs trajets. Pour pallier à cela, l’État envisage d’installer plus de 7 millions de bornes électriques jusqu’en 2030. Mais en attendant, les véhicules hybrides (mi-électriques, mi-thermique) restent la solution la plus adaptée.

Stop aux utilitaires et autocars

Selon Anne Hidalgo, il est important de s’attaquer aux poids lourds et aux autobus, car ils forment la plus importante source de pollution automobile. Elle envisage de débloquer 12 millions d’euros pour résoudre la pollution engendrée par ces véhicules.

Le maire de Paris a déjà envisagé d’interdire les poids lourds et les cars polluants depuis le début d’année. Mais reste à savoir si son projet se réalisera prochainement.

De nouvelles infrastructures

L’ultime solution face à la pollution est d’aménager de nouvelles infrastructures de transport urbain. Si les derniers projets de lignes Meteor et Éole datent de 1989, actuellement, les travaux reprennent peu à peu. Mais le fondement de ces projets est déjà remis en question, car la durée des travaux s’étend sur plusieurs décennies.